La Réaction inflammatoire - Ma Biologie

Cours

samedi 30 janvier 2021

La Réaction inflammatoire

Bonjour tout le monde, j’espère que vous allez très bien, nous allons parler dans cette Article sur La réaction inflammatoire, Je souhaite que cette présentation vous a aidé à comprendre ce sujet.


Comme vous savez, En cas d'infection, l'organisme déclenche une réaction inflammatoire qui représente l’ensemble des mécanismes de défense par lesquels l’organisme reconnaît, détruit et élimine les antigènes, cette réaction inflammatoire peut être aiguë, se manifeste immédiatement après l’intrusion des micro-organismes et dure jusqu’à 48 h , Elle est la réponse typique de système immunitaire inné mais La réaction inflammatoire peut aussi être chronique et ainsi durer des semaines, voire des années.


Les causes de la réaction inflammatoire sont multiples et déterminent des lésions cellulaires et tissulaires qui vont déclencher l’inflammation :


  • Infection : contamination par des micro-organismes que ce soit les  (bactéries, les virus, les parasites, les champignons).
  • les agents physiques : le traumatisme, la chaleur, le froid, les  radiations.
  • les agents chimiques :les  caustiques, les toxines, venins.
  • les corps étrangers :que ce  exogènes ou endogènes.
  • un défaut de vascularisation.
  • une anomalie de la réponse immunitaire, comme les allergies, les auto-immunité.



L’inflammation est fonctionnelle dès la naissance et commence par une réaction de « reconnaissance » faisant intervenir certaines cellules de l’organisme circulantes, des cellules résidentes des tissus (comme les monocytes, les macrophages, et les lymphocytes) ou des protéines circulantes (comme les anticorps, les protéines du complément, les facteur de Hageman…). 


On doit souligner alors que les micro-organismes infectieux ne constituent qu’une partie des causes de l’inflammation, Une réaction inflammatoire n’est donc pas synonyme d’infection, plusieurs causes peuvent être associées dans le déclenchement d’une réaction inflammatoire.


La réaction inflammatoire se caractérise par la présence de quatre symptômes : la Chaleur, la douleur, la rougeur, le gonflement. 


Dans les tissus, des cellules comme les mastocytes, les macrophages, les cellules dendritiques sont présentes en attente d'une rencontre éventuelle avec un pathogène (bactéries et virus). Ces cellules font partie des leucocytes (ou globules blancs) .


Les antigènes sont détectés par des récepteurs présents chez ces leucocytes grâce à des motifs molécules présents à la surface de ces intrus appelé les épitopes. La détection de ces agents infectieux entraîne la sécrétion des médiateurs chimiques de l'inflammation par ces leucocytes comme l'histamine, la sérotonine, les cytokines pro inflammatoires etc…


Sous l'influence de ces médiateurs chimiques de l'inflammation, les capillaires sanguins se dilatent, le flux sanguin qui draine le site inflammatoire deviens plus important, les cellules des capillaires s'écartent, permettant un passage facilité des leucocytes du sang vers le point d’infection cela induit la chaleur, la rougeur, le gonflement. La stimulation des terminaisons nerveuses provoque une sensation de douleur, a noté qu’il Ya des médicaments anti-inflammatoires comme les corticoïdes, l'aspirine peut stopper la douleur due à l'inflammation, mais pas empêcher son déroulement.


Les monocytes transformés par la suite en macrophages à leur arrivée dans le point d’infection, en coopération avec les granulocytes ils vont réalisent la phagocytose de l’antigène en quatre étapes : l'adhésion, l'ingestion, la digestion, et l'expulsion.


le phagocyte sort du vaisseau sanguin, il se déplace et vient au contact de la bactérie qu'il veut détruire, Les particules adhèrent à la membrane cellulaire grâce à Deux catégories de ligands : 


  • Que ce soit des molécules présentes à la surface du pathogène.
  • Que ce soit des opsonines qui sont des substances soluble dans le sérum ( anticorps ou molécules du complément) ayant la capacité de se lier d'un côté aux antigènes  et de l'autre côté à un récepteur membranaire présent sur un phagocyte afin d'entraîner leur phagocytose.


La cellule émet des expansions cytoplasmiques mobiles, les pseudopodes, autour de l’antigène afin de l’enfermer dans un compartiment appelé le phagosome. 


Dans ce phagosome, l’antigène est dégradée grâce à des armes telles que les formes réactives de l’oxygène et des enzymes déversées dans le phagosome , grâce à la formation du vacuole digestive appelé le phagolysosome c’est-à-dire la  fusion des lysosomes avec le phagosome.


En fin Les débris du micro-organisme ou de la bactérie sont rejetés en dehors de la cellule par exocytose si l'antigène était digeste, sinon, soit il reste à l'état latent dans les vésicules, soit il se multiplie et provoque la mort du phagocyte et amorce une nouvelle phase de la réponse immunitaire qui implique la production d'anticorps et de lymphocytes T spécifiques à l'agent infectieux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire