L’hypersensibilités - Ma Biologie

Cours

jeudi 17 août 2017

L’hypersensibilités

Le système immunitaire inné, ou adaptatif, peut connaître des sources de dysfonctionnement dont l’origine est exogène ou endogène. La réponse immunitaire peut être inappropriée et exagérée dans les hypersensibilités, ou peut être dirigée contre l’organisme lui-même dans les maladies auto-immunes.



L’hypersensibilité est une réponse immunitaire inappropriée et exagérée. Il existe quatre types
d’hypersensibilités qui peuvent être immédiate (Types I, II et III) ou retardée (type IV).
Les hypersensibilités de type I et de type IV sont classiquement regroupées sous le terme d’allergie.

L’hypersensibilité de type I
En réponse à une substance allergène, un sujet non allergique ne développe pas d’anticorps, ou
développe des anticorps de type IgM, IgG, voire IgA. À l’opposé, un sujet allergique produit
des anticorps de type IgE lors de sa première rencontre avec l’allergène. Cette phase est appelée « sensibilisation ». La production de ce type d’anticorps est due à une orientation particulière de la réponse immunitaire vers une réponse de type Th2 qui se traduit par l’activation de lymphocytes T auxiliaires producteurs d’une cytokine particulière l’IL-4.

La réaction inflammatoire conduit au recrutement d’autres leucocytes tels que les éosinophiles qui amplifient la réponse inflammatoire et conduisent aux symptômes de l’allergie.

L’hypersensibilité de type IV
L’hypersensibilité de type IV est souvent dirigée contre des petites molécules antigéniques mais non immunogènes, appelées haptènes, qui se trouvent dans les colorants, les cosmétiques, etc.
Pour des raisons encore inconnues, une réponse immunitaire se développe contre ces molécules, induisant généralement une orientation de la réponse vers une réponse de type Th1. Comme pour l’hypersensibilité de type I, l’allergène est reconnu par les lymphocytes T CD4+ à la surface des cellules présentatrices de l’antigène, lors de la phase de sensibilisation.

Lors de la rencontre suivante avec l’allergène, les lymphocytes Th1 spécifiques de l’allergène
induisent l’activation de la réponse immunitaire cellulaire, conduisant à une activation des macrophages qui induisent une réponse inflammatoire et ainsi les symptômes de l’allergie.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire